Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 14:32

C'est ridicule, de tant pleurer, par un livre.
Dois-je te remercier, Dominique ? ...

 

veilleurinfidele.jpg

 

 

C'est comme une totalité, une vie revue d'un oeil intelligent et percutant, une femme harcelée par le malheur et toujours sauvée par son "veilleur", sorte d'énergie magique qu'elle apprend à recevoir, contre toute croyance religieuse ou psychanalytique. Ce récit donne à voir une totalité avec une puissance et une intelligence rares, bourrée de sens, de sensibilité et d'acuité, un oeil ouvert et distancié, à lire, à relire plus tard, y puiser de la force et de la ressource, s'émerveiller devant la puissance de la littérature, des mots - aussi "crapules" qu'ils soient, pour citer Marie Didier citant Nietzsche, ils sont eux-mêmes veilleurs, éveilleurs :

" Avec chaque livre qu'elle aimait se levait un veilleur qui, même s'il était bien différent du sien, prenait sa lanterne pour éclairer de nouveaux chemins. Depuis toujours elle avait tout appris des autres, de la littérature, et de l'homme qu'elle aimait."

 

 

Marie Didier, Le Veilleur infidèle, Gallimard, 2011.

Elle sera le 28 juin prochain sur France Culture avec Alain Veinstein pour parler de ce dernier roman.

 

Merci, Dominique...

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans le coin bibliothèque
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 22:19

 

 

poulettesOK.jpg

 

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans Entre tiens et miens
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 13:18

 

 

 

Poules bleues

poules vertes et du violon

Infinitives voiles

une coccinelle violette, avec des pois,

des roues, si tu préfères

loulipo le lapin les pintades

"j'arracherai mon masque et ma stupide armure"

poules bleues

poules mauves et du citron

une photo un cadre et n'importe quoi, une pulsion, comme tu lui sautes au cou

une épithète un nom une couleur et la musique pour le mélange, pour le repos de l'âme, pour le coeur qui se calme un peu / un temps / souffler

pas de pub s'il vous plaît juste le film, les fils entre les films de l'un à l'autre de l'autre à lui entre tiens et miens

chantier toujours jamais fini

j'attends

tu attends

bleu pivoine

poules rouges poules jaunes poules épilées au cou

tout à l'heure si j'y pense

je rajouterai la photo

 

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans Entre tiens et miens
commenter cet article
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 21:58

Cet article aurait bien sa place dans la catégorie "articles qui ne servent à rien".
Mais j'ai tellement aimé ces façades, puis cette photo, et de manière générale dans cette ville à la fois très américaine et humaine et douce, oui, la quantité de choses qui te rentrent par les yeux - les pictogrammes, les tags, les graffs, les pancartes, la signalisation, les feux, les écrans géants, défilant à une vitesse incroyable, les devantures, les enseignes, les dessins, les photos, à chaque pas devant toi - que je devais publier cette image.

Il s'agit de la façade vitrée de l'Opéra de Toronto, représentant les visuels des spectacles de la saison, et devant lesquels, bien sûr, la vie de la rue court les rues.

A chaque fois que je passais devant, cela me rappelait à quel point les belles images sont belles, tautologie sur laquelle j'insiste délibérément. Le beau te parle te happe et ce qui te rentre par les yeux y reste, tu le gardes intensément, profondément. Photographie, souvenir ou empreinte inconsciente, intact ou transfiguré en ce qui n'est plus qu'une émotion floue...

Et, oui, ces "activités de l'image", ceux qui fabriquent ce que tu vois, sont à vocation toujours forcément artistique, une voix, une puissance dans la voix, qui ont tant à transmettre, une mine d'or entre les mains, une obligation de l'exploiter, cette mine, qui a tant à donner, ou une grande main qui peut t'en envoyer une en pleine gueule.

Voilà, ces visuels, je me délectais à les regarder et le dernier jour, à bord du streetcar, je les ai volés à la tire dans mon appareil, et dans le lot il y a eu celle-là, Ariane à Naxos, coupée de tous ces panonceaux si typiquement torontois. 

Peut-être qu'elle ne parle qu'à moi... mais bon, on la partage.

 

 

 

operaToronto.jpg

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans juste pour voir
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 11:37

On marche sur des planches mal assemblées. On marche et de nos poches tombent les rêves, les noms, les souvenirs et les crayons ikéa. Qui dégringolent dans les interstices, qu'on ne ramassera pas.

En temps de sécheresse dans les campagnes charentaises la terre se fissure et on dit : "c'est pas le moment d'échapper ton couteau".

Mais on n'échappe rien, nous, au mieux on s'échappe quand on peut... c'est la grammaire qui le veut.

Ce sont les choses qui s'échappent. Les objets qui tombent (ça c'est la science).

Et comme des alpinistes désespérés on grimpe et sous nos pieds les cailloux se carapatent. Ca fait des éboulis des éboulements. On jette un oeil par-dessus, au risque que le ventre tourne, que la tête bourdonne, mieux vaut regarder vers l'avant, disent-ils. Mais on jette un oeil quand même et on voit tout ce qu'on a perdu, à tous les étages. Sous nos pieds la chute. Derrière nous le loin qui se creuse, et on halète, mais on continue de grimper. Parfois plus lentement. C'est ça, ou tomber aussi comme un petit caillou. Comme une pierre...

 

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans Blablateries
commenter cet article
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 23:51

Non, je n'aurais pas cru, il y a douze ans de cela, qu'en 2011 un festival offrirait à la ville de Rabat .... Shakira!

en plein air et gratuitement, devant une foule en délire dont j'imagine l'odeur et le craquement des "pipas" - ces pépites que les Marocains consomment gaiement - à quelques encablures de cette maison où j'ai grandi...

Shakira à Rabat (qui couronnait une programmation à faire pâlir d'envie certaines grandes villes européennes, Hindi Zahra, Joe Cocker, Souad Massi, Tiken Jah Fakoly, Femi Kuti, Kanye West, Nass El Ghiwane, Bharati et tant, tant d'autres), incroyable mais vrai, à en laisser les voitures garées n'importe où dans la ville pour gagner à pied le quartier de l'OLM Souissi, et merci le vent qui aura pu faire profiter la moitié de la capitale océane des airs endiablés de la belle Colombiano-Libanaise.

Amusant, ce soir-là il s'est passé d'autres belles soirées sur la planète, dans des théâtres amateurs de Gironde ou sur le stade barcelonais, les uns et les autres se télescopant - les comédiens de Pompignac sur leurs planches ont entendu vibrer les clients du bar du bourg quand un but était marqué à Barcelone, et les spectateurs de Shakira ayant dû attendre avec elle la fin du même match - son chéri du Barça a gagné, la fête n'en fut que plus folle sous le vent tiède du Souissi.
Bravo Guapa y gracias !

 

 

 

492121-Shakira_Hips_Dont_Lie.jpg

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans les gens - les choses...
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:38

 

 

 

 

Distillery_NB.jpg

Toronto, La Distillerie

 

 

 

Alerte, alerte.
Fenêtres fermées, planquons-nous !

Dans le noir, à l'abri de la lumière, des moustiques et de leurs saloperies, des concombres et des gendarmes fous, de la tentation et de la radioactivité, des coups de soleil et du rhume des foins, de la grippe espagnole, de la vache britannique et des dictateurs, des spams et de la varicelle, des vampires et des regards envieux, du saucisson et de la haute tension, des monstres marins et de toutes les chimères, des rêves récurrents et du mauvais oeil.

A l'abri de la rue, des gens et du vent. Des déjections de pigeons, des crottes de bique. Des cambrioleurs et des méduses, des radars et des voisins curieux. Des autobus, des mobylettes, des motocyclettes, des limousines et des bateaux-phares. Des brochures HyperU, Carrefour et Leroy-Merlin. Préservons-nous du Mal et de ses avatars, alerte, alerte.

 

 

 

 

Repost 0
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 18:41

Le printemps, c'est une activité à part entière.

C'est un verbe d'action, un verbe d'état, un adverbe, un participe présent, un temps et un lieu, un article défini, une première personne du singulier et du pluriel. C'est un moi, un nous.

C'est un affirmatif et un indicatif.

C'est une totalité qui te rentre par le nez, les yeux, les oreilles et tous les pores de la peau.
C'est une transpiration douce. Une inspiration délicieuse. Une expiration comme un soupir de tendresse et de plaisir à la fois.
C'est un repos et une énergie.
C'est le soleil et le vent et même les nuages, noirs dans les rayons brillants, derrière un vert pétant, des formes minuscules à l'infini partout comme une transcendance. C'est un regard net et propre. C'est un foisonnement, une haie toujours désordonnée.

Ce sont des soirées qui s'étirent comme si elles venaient de se réveiller. C'est un chien monté sur piles, à cause des lapins qui bouillonnent et des chats qui se prélassent dans les premières chaleurs.

C'est une envie de pizza-rosé perpétuelle. C'est la musique qui crève les enceintes. C'est les cheveux qui te giflent dans la voiture vitres ouvertes.

.... c'est un hommage en soi, une réponse, une matrice.

C'est la peau qui se trouve, la multiplication qui se démultiplie.

 

 

 

 

 

new3.jpg

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans Blablateries
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 21:04

Brigitte ! Elle a (elles ont... car c'est une double Brigitte, en vérité) sorti son premier album : "Et vous, tu m'aimes ?" - joli programme.
Déjà entendue sur Fip avec cette reprise sensuelle et volutée de "Ma Benz", d'NTM, voilà 16 titres disponibles chez les bons discaires. C'est du texte, un peu farfelu parfois (tout ce qu'il faut), porté par des voix délicieuses.

S'il fallait comparer, ce serait avec Camille : des morceaux variés, inventifs, surprenants et toujours très agréables à l'oreille.

Je ne sais quel titre mettre en ligne - difficile d'être représentatif de cet album qui part un peu dans toutes les directions.
Allez... ce sera "Monsieur, je t'aime"

 

 

 

 

brigitte-et-vous-tu-m-aime-.png
Repost 0
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 08:44

On est comme la lune - une face dans la lumière, une face dans l'ombre. Celle que l'on ne voit pas mais qu'on devine sombre. Qui se cache. Pudique ? Désabusée ? Luminophobe ?  Celle qui éternue quand elle voit les rayons du soleil.

Il y en a qui éternuent quand ils arrivent dans le soleil. Il y en a aussi qui se brûlent à la lumière du jour. D'autres font des allergies cutanées. Une heure d'exposition, quarante-huit heures à se gratter - ou résister - comme des fous. Dépendant à la crème magique qui apaisera ces pulsions, calmera les nerfs, à vif, à vouloir baffer la pharmacienne qui te répond sur un ton docte qu'elle ne peut la délivrer sans ordonnance. Une fois qu'elle a l'ordonnance entre les mains (tu la veux ton ordonnance ? la voilà ton ordonnance), elle te critique la prescription, non mais de quoi j'me mêle, tu veux savoir pour quoi c'est la crème, je vais te montrer si j'ai pas les nerfs, connasse, tiens, prends-là, celle-là, et puis encore une, t'auras un joli teint sur les deux joues comme ça.


On est comme la lune. Et le soleil ne vient pas.

 

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans Blablateries
commenter cet article

Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche