Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 18:56

Sommes-nous tous schizophrènes ?

au sens profane du terme, je dis, à ce sens galvaudé qui me plaît.
qui ne peut que plaire, quand on est gémeaux. Qu'on a deux passeports, deux métiers, deux pays, deux langages, deux beaucoup-de-choses, quand on a des amis qui ont deux identités, quand on aime le théâtre, les perruques, les masques, passer des talons aiguille aux baskets, qu'on vit une vie à l'indicatif, une autre au conditonnel, quand on saute du passé au futur, de l'eau chaude à l'eau froide sous la douche, qu'on a du mal à finir un livre sans en commencer un autre, à conduire sans fumer-boire son café-et-téléphoner, quand on se retrouve souvent avec un double appel face à l'alternative de récupérer ou remplacer la conversation, et qu'en général on finit par raccrocher sans le vouloir, quand on commence une phrase qu'on en poursuit une autre, tout en pensant à une idée complètement différente, quand on angoisse en voyant arriver le serveur car on hésite toujours, dix minutes après son premier passage, entre l'entrecôte ou la pizza paysanne.

Jacques ou Dominique, Mexicain ou Sud-Ouest, se lever ou pas, rouge ou blanc...

La vraie question serait peut-être plutôt : cette duplicité,  cet entre-deux, qui sont une deuxième peau, sont-ils une malédiction, un danger perpétuel ? Ou au contraire la possibilité d'un équilibre - d'une complémentarité - de, d'embrasser une sorte de totalité jouissive ? La possibilité du creux, cet espace qui appelle tous les autres, les admet.

Car un regard double n'est pas binaire. Ce n'est pas l'un ou l'autre mais tout ce qui pourrait être d'autre, l'un et l'autre, ni l'un ni l'autre, tous les autres, "ni pour ni contre bien au contraire".

Un regard double est forcément panoramique.

Et superposer deux figures, c'est les confronter. C'est se frotter à leur différence. A sa propre différence. A son propre frottement...

mais là, je me perds, je crois...


 

 

 

 


Cette chanson me fait sourire.

Laissez-moi dormir, conclut Emily Loizeau qui doit être gémeaux, elle aussi.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans Blablateries
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 09/02/2011 21:35


DEB a raison un équilibre de funambule plutôt qu'un déséquilibre. Choisir...je ne sais pas, un peu de tout ou rien du tout. Femme multiple, oui ça me plaît bien...Il faudra tôt ou tard choisir ? la
peur me prend au coeur.


Marie Colombani 31/01/2011 11:46


Eternel dilemme du gémeau !
Pourquoi ne pourrait-on pas choisir un peu de tout, goûter un peu à tout, tenter un peu toutes les aventures, ne rien rejeter...
Par contre, désolée, mais Emilie est verseau, ce qui n'est pas mal non plus, d'autant qu'il y a une belle harmonie entre gémeaux et verseaux.


L'Oeil qui court 30/01/2011 20:30


Un texte magnifique qui fait appel à une gemellité multiple, de la sensibilité à l'intelligence, en comptant sur l'analyse et ... la poésie du dire.
Un régal qui se déguste légèrement et pourtant qui dit tant.


Du mobilhome 09/02/2011 08:44



Bonjour ! je réponds avec un peu de retard mais pas moins de plaisir. Merci pour ces passages, à bientôt !



Jacinte 29/01/2011 13:19


Et si simplement cela venait du fait que la vie est bien trop courte et qu'on a envie de tout voir, tout faire... enfin là j'exagère un peu ;)


BRIGITTE gIRAUD 28/01/2011 23:03


Ah tous ces paradoxes qui nous hantent et que nous hantons.Je ne sais pas comment faire avec tout ça, moi non plus.


Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche