Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 10:29
En Angleterre un entrepreneur a créé une société de test de fidélité.
Le client typique est une femme, qui engage une « tentatrice », modèle quelconque et figé de la femme fatale, au sourire avenant et à forte poitrine, censée éprouver la résistance du mari – lequel est forcément déjà soupçonné de légèreté ou d’infidélités passées. Le service dure une demi-heure, dans un bar : une rencontre avec la tentatrice statuera : l’homme est fidèle ou pas – potentiellement infidèle ou pas –, selon qu’il cèdera à la tentation ou pas, tout cela moyennant 500 euros.

Apparemment, ça marche, cette boîte !
Tout ceci est à plusieurs égards symptomatique de choses étranges.
On se demande, d’abord, pourquoi la femme ne pose tout simplement pas la question à son mari : est-ce que tu me trompes ? Mais il semble que ce métier soit fructueux parce que le marché est étendu des couples où une bonne « conversation entre quat’z’yeux » ne règle rien, où la vérité n'est pas un ingrédient de la communication conjugale.

Or voilà, la femme est plus exigeante. Elle ne cherche pas seulement à savoir si son mari la trompe, mais si son mari POURRAIT la tromper. C’est là qu’elle révèle sa bêtise : OUI son mari POURRAIT la tromper. Tous les maris pourraient tromper leur femme, comme toutes les femmes pourraient tromper leur mari. S’il résiste à la tentation créée par une femme ce soir, cela ne veut en aucun cas dire qu’il résisterait à toutes les tentations créées par n’importe quelle autre femme tous les autres soirs de sa vie. Elle aura donc payé pour rien, dans le cas où le test est négatif : si elle est soulagée sur le moment, ses doutes reviendront aussi vite qu’ils sont partis. Elle peut même se dire que si l’homme n’a pas craqué, c’est peut-être par fidélité… vis-à-vis de sa maîtresse !

On se demande alors si son véritable désir n’est pas qu’il cède, justement. Par procuration, parce qu’elle est dans l’incapacité d’avoir une relation extra-conjugale ? Par procuration, parce qu’elle rêverait d’avoir une relation avec une telle tentatrice ? Parce qu’elle veut qu’il la trompe et qu’elle ait payé pour qu’il le fasse ? Parce qu’elle veut qu’il le fasse et qu’elle veut le savoir, le voir même, puisque la tentatrice s’encombre de tout un matériel d’enquête : enregistreur, caméra…
 Elle cherche donc à satisfaire une curiosité perverse et malsaine qui porte en elle le désir de la faute. Il se pourrait que l’homme n’ait jamais été abordé par une femme, n’ait jamais cru qu’il pourrait s’offrir le luxe d’être courtisé, et voilà que son épouse paye pour que son mari ait l’occasion d’être dragué, d’être dans une situation de désir explicite et réciproque. Pour satisfaire un désir et sous couvert de soulager ses doutes, elle crée une situation explosive dont elle est commanditaire et spectatrice.

Cette information est passée à la télévision à une émission grand public, à une heure de grande écoute. Espérons qu’elle ne transformera pas toutes les épouses ou compagnes tévéphages en voyeuses masochistes et paranoïaques…

Partager cet article

Repost 0
Published by mobilhome.over-blog.org - dans les gens - les choses...
commenter cet article

commentaires

brigitte giraud 24/02/2010 13:02


Non seulement l'homme n'est pas bon (berk ! quel mauvais goût !), mais il est aussi barge (l(homme qui embrasse aussi les femmes évidemment, comme dirait Pierre Dac). C'est un peu pervers cette
histoire-là, mais prouve son besoin de sécurité jamais comblé totalement et qui ici prend une forme insensée. La précarité humaine construirait-elle de fait son idéal de protection , au risque d'un
comportement idiot?


Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche