Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 11:27

Le Mexicain Juan Rulfo considéré comme l'un des meilleurs écrivains latino-américains du siècle n'a écrit que deux titres, ce roman et un recueil de nouvelles.

Un drôle de bouquin que ce Pedro Páramo. Peut-être à cause d'un malentendu, car je ne sais pas pourquoi je croyais que c'était une histoire comique. Eh bien... pas vraiment...

Le titre aurait pu être "Le dialogue des morts" ; on flirte avec le surnaturel, la forme même de roman est éclatée aux frontières du récit, de la poésie voire du théâtre. Voire de la chanson, si j'osais. Car si le narrateur, dans les premières pages, nous installe dans la quête d'un père qu'il n'a jamais connu et qu'il va tenter de trouver dans le village de Comala, une cuvette brûlante où le vent même n'arrive pas ; on perd rapidement nos repères et on quitte une situation réaliste pour se retrouver prisonniers, avec lui, de voix, c'est lancinant, les époques tournent et retournent dans des chants comme en canon ; quand on croit enfin saisir un "personnage" il s'échappe, c'est un mort, et la mort, la mort, la mort à toutes les pages, sorte d'éternité étouffante, chaleur écrasante, qui nous enferme et nous perd.

C'est vrai que l'écriture est d'une beauté incontestable. Mais... quel univers... 

Un texte court qui a quelque chose d'unique, de très puissant.

 

 

 

 

paramo.gif

 

 

 

 

Juan Rulfo, Pedro Páramo, 1955. En poche, traduit du mexicain par Garbiel Iaculli, chez Folio.

Partager cet article

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans le coin bibliothèque
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche