Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 17:22

 

 

Voilà un petit ovni de la littérature contemporaine. Etonnant, vraiment. Je dois dire que ce qui m'a tenue accrochée à ce bouquin, c'est son côté énigmatique, bien annoncé par le titre et le 4e de couverture, car on cherche, on cherche, avec le narrateur, où est le mystère - ou la métaphore - ou la métonymie, pendant une bonne partie de l'histoire.

Et puis on comprend que le déplacement est à chercher plus haut encore. C'est presque une fable - politique, sociale, car comme dit Martin Page lui-même citant Orwell, "il n'y a pas d'art qui ne soit politique et l'évitement de la politique, c'est de la politique".

Mais déjà au premier degré, les chapitres, courts, s'enchaînent comme autant d'écrins cachant de petits bijoux - le style est délicieux, toujours surprenant.

"Je me suis éloigné des radiateurs extérieurs. (...) En quelques secondes, j'ai grelotté.

Le froid est un endroit familier sur lequel je peux compter. Il est délimité dans l'espace. Je l'ai décidé un jour, c'est une petite pièce : il mesure un mètre soixante sur un mètre soixante-dix et deux mètres de hauteur. Je peux m'y réfugier.

J'ai tenu une demi-heure, puis je suis monté prendre une veste dans ma chambre."

 

 

 

 

Page.jpg

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans le coin bibliothèque
commenter cet article

commentaires

Brigitte Giraud 23/04/2011 13:48


Oui, un livre dont j'ai aimé les notations très immédiates du corps, comme celles que tu cites, j'en ai relevé quelques-unes comme ça.


Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche