Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 08:00

La consigne vient cette semaine de chez Harmonie37 : décrire l'instant juste avant (forme libre)

 

 

C'était à peine un frémissement, comme un sourire. Des moments naturels, avec une certaine sérénité apportée par sa présence. On ne réfléchit pas. On ne met pas en mots. On est bien simplement, directement. En y repensant après-coup, ça ressemble à ... rien. Juste un peu plus que de la bêtise, dans cette relation franche aux choses autour de soi. L'idée n'est pas là, c'est un brouillard cotonneux d'événements qui s'enchaînent, de paroles légères, d'échanges anodins. Avec un plaisir imperceptible. Avec tout ce qui monte à l'intérieur si bien caché qu'elle est loin de se douter de la brutalité du sentiment - de la révélation du sentiment - qui l'attend derrière un rêve. Ca se fera la nuit, du reste, dans cette violence que seul le songe est capable de restituer, comme quand il vous réveille avec les poils hérissés la langue sèche et le ventre creusé d'épouvante.

Comment dater l'avant ? Quand tout a-t-il commencé ? Jamais, toujours déjà, de toute façon, avant, il n'y a pas de début. Il y a une lente construction sous-terraine, volcanique, insoupçonnée et insidieuse. Une obscure insidiosité du désir...

qui avance masqué. 

C'était une onde, de celles qui bercent quand on se laisse porter sur la surface de l'eau, jambes et bras écartés, et qu'on ne pense à rien.
C'était juste une préférence. A choisir, c'était à côté de lui qu'elle s'asseyait (sans calcul jamais, elle ne faisait que féliciter un hasard qu'elle avait sans doute provoqué sans le savoir).

C'était calme.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pascale la Tricotineuse 20/10/2010 23:43


douceur et plénitude un instant suspendu avant de se poser !!! j'aime ta description Zineb ça coule comme un sablier, régulier !! bonne nuit


du mobilhome 20/10/2010 16:07


Bonjour à tous et merci pour vos comm ' en tout cas le thème était bien, vraiment, je trouve.


brigitte giraud 19/10/2010 12:36


Le calme d'avant, oui. On le voudrait encore et puis c'est impossible. Comme lorsqu'on a ouvert les yeux, plus possible de les tenir fermés ensuite. Quand les paupières nous tombent, c'est sur ce
qu'elles ont prises et surprises en elles.
Baisers à toi, Z.


C comme Corinne 18/10/2010 19:43


Une jolie dentelle que tes écrits toujours. Je m'y devine, m'entraperçois. Je t'imagine.
Tu as raison, y a t-il un début ? Souvent plutôt une douce montée inconsciente de l'évidence, un chemin de toujours tracé.
J'aime te lire...
Merci de cette dentelle si finement ciselée et qui épouse si bien l'émotion.


fransua 18/10/2010 19:41


beaucoup de textes tournent ce soir autour de la passion amoureuse pour décrire l'instant juste avant
Bonne soirée


Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche