Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 17:09

 

Ce qui est à saluer, dans ce roman d'Emmanuel Carrère, c'est la distance.

C'est triste (à en pleurer, ou à en ravaler ses larmes, à en être touché du moins, forcément, à une page ou une autre) mais, le sujet n'est pas là. Il est dans la contemporanéité qui réconcilie avec le roman contemporain, dans le roman qui s'écrit en même temps qu'il se déroule, dans cette écriture sur l'écriture, dans cette distance que prend ce je plusieurs fois incarné (à la fois personnage, narrateur et auteur) et qui se dénonce, qui fait son autocritique et s'assume.

Pour oser écrire si vrai il se justifie, et ça sonne d'autant plus vrai. On est dans le réel le plus prégnant, le plus poignant, qui ne peut que surgir devant un style qui sait s'effacer par sa qualité. On est dans le roman comme dans la vie, on goûte le roman avec toute l'amertume que peuvent y charrier la vie, ses injustices. On en sort différent, je pense. Et d'autant plus accro à la littérature.

 


 

Carrere.jpg

 

 

 

 

4e de couverture :

A quelques mois d'intervalle, la vie m'a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d'un enfant pour ses parents, celle d'une jeune femme pour ses enfants et son mari.
Quelqu'un m'a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n'écris-tu pas notre histoire ? C'était une commande, je l'ai acceptée. C'est ainsi que je me suis retrouvé à raconter l'amitié entre un homme et une femme, tous deux rescapés d'un cancer, tous deux boiteux et tous deux juges, qui s'occupaient d'affaires de surendettement au tribunal d'instance de Vienne (Isère). Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d'extrême pauvreté, de justice et surtout d'amour.
Tout y est vrai.

Partager cet article

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans le coin bibliothèque
commenter cet article

commentaires

Brigitte Giraud 22/04/2011 19:31


Oui, il a commencé avec "la moustache" qui n'était pas anodin, poursuivi avec "L'affaire Roman" , "Un Roman russe" excellent quoiqu'avec des longueurs sur la fin, et celui-ci que je n'ai pas encore
lu, des bribes seulement, seulement, mais Emmanuel Carrère doit être écorché, oui, c'est un écorché cet homme, pour se tenir sur l'extrême bord du réel qu'il "romanesque" par son écriture qui écrit
la vie qui s'est écrite et qui continue de s'écrire. Près des hommes. Dans l'échancrure que fait la douleur. J'ai acheté tout à l'heure "Bakou, derniers jours". Rolin s'est donné rendez-vous
quelques années plus tôt, il va voir si sa mort y est...


DEB 22/04/2011 18:05


Absolument. On est dans cette littérature qui dit quelque chose de la vie. Du même Emmanuel il y a aussi "Un roman russe", un grand, très grand cru à mon avis.


Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche