Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 21:51

J'ai souvent entendu de la bouche d'une personne qui m'est proche : "mais enfin comment pourrait-on faire, des fois, je voudrais sortir ma tête et la poser sur la table quelques instants" - et je voyais l'image, sa tête dans sa main, sa tête sur la table, comme un film de Tarantino ou Kitano, comme un motard retire son casque et le dépose en arrivant quelque part.
Et durant toute la journée de samedi et dimanche, j'ai eu la chance de faire ce stage de théâtre : la construction du personnage. En rien basé sur du texte, des histoires, ni même sur rien de réel ou de plausible, au contraire. L'approche était de se vider du réel, du logique, du rationnel et de l'intellectuel, pour ressentir mais sur le mode d'une psychologie non psychologique, comment dire, d'une psychologie pure, directe, primaire, du ventre vers le monde, sans passer par la tête ou les mots du coeur.

D'où un point de départ animal.

D'où aussi une manipulation des comédiens stagiaires, qui ne savions jamais où nous mènerait chaque étape du cheminement, dont la première était de penser à un animal. Sans plus de consigne.

C'est ensuite le comportement de la créature choisie un peu au hasard (quoique ?) qui détermine la gestuelle, laquelle débouche sur un personnage humain ayant embarqué les caractéristiques de la bête comme celles d'une vie antérieure ou d'une matrice névrotique. De cet "ancêtre bestial", puiser les tics, les caractères, les défauts, les gestes, ce qui donne une épaisseur psychologique.

Accepter de se laisser embarquer, ne pas questionner, réfléchir ou penser cette évolution, ne pas chercher de narration mais laisser de son ventre arriver la matière. (SIC !!!)

Et là on se rend compte à quel point c'est difficile, de travailler sans le truchement de sa matière grise.

Du Ca ? Du Surmoi ? de sa pensée tout simplement ?

A notre secours, des exercices "débilisants", qui nous ramènent au réflexe, à l'immédiat : des automatismes, frapper dans ses mains, développer des répétitions simples...

Enfin, et pour répondre à Corinne, on voudrait bien pouvoir transposer au-delà des planches ! mais... il y a cette magie du théâtre... 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Du mobilhome - dans on planche !
commenter cet article

commentaires

C comme Corinne 21/11/2010 10:11


Peut-être redevenir animale...


brigitte giraud 16/11/2010 22:54


Difficile, oui, oui. De se désemparer de sa tête, de la mentalisation des choses, des événements, des mots à dire, à ne pas dire, de l'émotion qui submerge tout. Là, n'être que dans la sensation,
du ventre, de la main, celle-ci et celle-là, de sa chair, de ses cheveux sur...la tête...Ah !!!La revoilà ! Non, pas la têêêêêtttttteee !


Présentation

  • : Du mobilhome
  • Du mobilhome
  • : Une maison mobile pour des mots de moi, de vous, qui ferez trois p'tits tours et vous en irez, après avoir mis trois p'tits mots si vous en avez envie
  • Contact

S'inscrire à la newsletter pour être averti quand un nouveau post est posté !

Recherche